Protocole d'engraissage des larves

Protocole d’engraissage ValueBugs

VB.jpg

(version 0.8 ; 10 octobre 2018)

Ce protocole expérimental d’engraissage des larves de mouche soldat noire a été co-créé avec les citoyens-chercheurs, afin d’homogénéiser les expériences menées par les participants du projet ValueBugs et pouvoir mutualiser et comparer les résultats de chacun. Il respecte les normes fixées par la dérogation délivrée par le SPF Santé pour éviter toute contamination de la chaîne alimentaire par des sous-produits animaux.

L’expérimentation et la nécessité d’avoir un protocole commun

L’objectif de la première phase des expériences est de créer la pré-version du prototype d’engraissage des larves de mouche soldat noire. C’est une phase temporaire de test et de réglages divers précédant la production d’un prototype stable. Cette étape permettra aux citoyens chercheurs de se familiariser avec l’élevage de larves de mouche soldat noire ainsi qu’avec les appareils de mesure et la procédure de collecte de données. Un des objectifs de ValueBugs est d’analyser l’impact sanitaire de l’inclusion des épluchures et des larves dans la chaîne alimentaire (utilisation de larves comme aliments pour poules pondeuses et pour poissons), afin de donner des garanties aux futurs utilisateurs. Par ailleurs, une dérogation a été délivrée par le SPF Santé pour mener notre recherche en utilisant des résidus d’origine végétale non contaminés pour nourrir les larves. Les protocoles de recherche intègrent donc ces deux aspects.

L'intérêt de respecter le protocole d’engraissage et d’utiliser un prototype commun est donc double : 1°) obtenir des données fiables et cohérentes qui puissent être interprétées, 2°) tout en s’assurant que la dérogation du SPF Santé est respectée dans ses termes et dès lors maintenue.

Alimentation des larves

La dérogation délivrée par le SPF Santé (dérogation n° BE 704/0146) pour mener à bien le projet ValueBugs indique que “les insectes seront alimentés avec des matières d’origine végétales dans des conditions permettant d’éviter tout contact avec des sous-produits animaux”. De ce fait, les aliments que peuvent recevoir les larves sont des :

  • résidus végétaux uniquement
  • résidus végétaux n’ayant subi aucune autre transformation que le lavage et la découpe (résidus crus uniquement)
Autorisés résidus d’origine végétale crus

+ quelques exceptions

Non autorisés
  • Épluchures de fruits et de légumes
  • Pain (sans œufs ni beurre)
  • Marc de café (sans filtre)
  • Drêches de brasserie
  • Viennoiseries, pains au lait et brioches (ces produits contiennent œufs, beurre et lait MAIS ces ingrédients sont cuits, et intégrés à des denrées alimentaires mises sur le marché)
  • Viandes
  • Poissons, crustacés
  • Produits laitiers (fromage, lait, yaourt, beurre…)
  • Œufs
  • Mayonnaise (présence d’œufs !)
  • Beurre
  • Plats préparés (pizza, lasagnes…)


Attention aux pièges !

  • Mayonnaise
  • Mousse au chocolat

Récolte des épluchures non contaminées

Quelques règles sanitaires à respecter pour éviter la contamination des résidus végétaux par les trois pathogènes qui concernent le projet ValueBugs (Salmonella spp., Campylobacter et Listeria) :

  • Se laver les mains après être allé aux toilettes
  • Se laver les mains avant de toucher des aliments
  • Laver avec du savon et désinfecter toutes les surfaces et le matériel en contact avec les aliments. L’idéal est d’utiliser une dilution de 50 % de vinaigre blanc dans de l’eau chaude et de passer un chiffon propre après
  • Tenir les animaux à l’écart des aliments et de la cuisine
  • Séparer la viande, la volaille et le poisson crus des autres aliments
  • Conserver les aliments dans des récipients fermés pour éviter tout risque de contamination entre les aliments crus et les aliments prêts à consommer
  • Ne pas réutiliser pour d’autres aliments le matériel et les ustensiles (couteaux, planches à découper, etc.) utilisés pour des aliments crus sans les avoir nettoyé auparavant.

D’un point de vue pratique, on peut faire deux propositions pour faciliter le tri des aliments destinés aux larves.

1°) Avoir chaque ustensile de cuisine en double, et de couleurs différentes, pour éviter les mélanges et les contaminations : pour les LARVES : un bac de collecte des résidus VERT destinées aux larves (bac LARVES), une planche à découper VERTE, un couteau à manche VERT pour le COMPOST : un bac de collecte des résidus ROUGE destinées au compost (bac COMPOST), une planche à découper ROUGE, un couteau à manche ROUGE

2°) Cuisiner en deux phases successives : Commencer par les aliments dont les épluchures sont destinées aux LARVES Lorsque suffisamment de résidus ont été collectés pour les larves, tous les résidus végétaux suivants sont destinés au COMPOST Prototype d’engraissage des larves et collecte de données L’engraissage des larves se fait en utilisant un prototype commun à chacun des participants. Ce point est très important puisque les prototypes étant comparables chez tous les citoyens-chercheurs, les mesures peuvent être mutualisées et comparées pour comprendre les grands principes de fonctionnement des prototypes et l’effet de paramètres qui ne sont pas contrôlés (la température des lieux d’élevage, la nourriture donnée aux larves…).

L’expérimentation spontanée pour explorer de nouveaux design de prototypes est toutefois grandement encouragée, puisqu’elle permet de tester de nouvelles idées de design pour les prototypes et explorer des questions particulières (comportement des larves, effet d’une diète particulière…). Il est juste important de bien séparer dans ce cas les résultats de chacune des expériences pour ne pas mélanger les mesures réalisées sur différents prototypes. Etienne et Marie sont totalement disponibles pour aider à mettre en place de nouvelles expériences.

Nous avons défini un cahier des charges définissant les contraintes et les exigences que devait respecter un prototype d’engraissage idéal. Pour objectiver le suivi de ce cahier des charges, des mesures seront prises lors des expériences. Ces mesures sont définies dans le document “Collecte des données”.